Point lecture #4 : « Les Cerfs-volants de Kaboul» de Khaled Hosseini

Je lis beaucoup de thriller avec un brin de suspense pour me tenir éveillée mais très souvent j’en oublie la fin, pour dire à quel point les histoires me marquent (il faut dire que j’ai une mémoire TRÈS sélective…).

Mais ce livre! Je l’ai dévoré.

Avant de vous parler de mon ressenti, voici le résumé :

« Kaboul, dans les années 70. Amir et Hassan élevés au sein de la même propriété, grandissent dans des mondes différents : le premier est le fils d’un riche commerçant, le second est fils de leur serviteur, issu de la minorité ethnique des Hazaras, méprisée de tous. Inséparables, les deux enfants se vouent une amitié sincère.
Mais l’été de ses treize ans, Amir commet la pire des trahisons : lors du combat de cerfs-volants organisé comme chaque hiver dans leur quartier, il abandonne Hassan à un sort tragique.
Lorsque les Soviétiques envahissent le pays et qu’il fuit en Californie avec son père, Amir pense qu’une nouvelle vie s’ouvre à lui. Mais le souvenir d’Hassan et sa culpabilité le poursuivent partout.
Été 2001. Réfugié depuis plusieurs années aux États-Unis, Amir reçoit un appel du Pakistan. Il existe un moyen de se racheter mais ce moyen passe par un retour en Afghanistan, alors aux mains des talibans, et dans son propre passé. »

Il est très difficile de ne pas s’attacher à ces deux petits garçons complètement insouciants et inconscients de la situation de leur pays. Le première partie du livre nous compte leur jeux d’enfants et leur relation fusionnelle teintée d’un brin de jalousie.

Mais un événement majeur vas briser leur lien à tout jamais de façon très violente.

Le seconde partie du livre relate le voyage d’Amir dans une Afghanistan en guerre afin de se racheter de sa trahison passée.

Le personnage d’Amir, un peu agaçant au début, nous apparaît de plus en plus humain face aux horreurs qu’il croise sur le chemin du pardon. Il y découvre son pays ravagé, les habitants meurtris et le destin de ses proches laissés derrière lui il y a plus de 20 ans.

Ce livre m’a beaucoup touché, pour ne pas dire bouleversé. Cette quête du pardon au travers le désespoir de ce peuple malmené et terrifié est extrêmement bien rendu par l’écriture de Khaled Hosseini. Beaucoup d’émotions se dégage de son style.

J’hésite à voir le film au risque d’être très déçue…

Ce post est très long et certainement très décousu mais je ne suis pas la meilleure des critiques littéraire.

Foncez dévorer ce livre juste ici.

Publicités

2 commentaires sur « Point lecture #4 : « Les Cerfs-volants de Kaboul» de Khaled Hosseini »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s